LES P'TITES HISTOIRES
Pour les Petits et Grands N'enfants ...

HIDEUX BOURGEOIS par Fabrice Odrium


Encore dur de se lever ce matin,… Poooh !... Le poids des siècles se fait bien sentir… et puis ces petits grains au fond du lit, ça gratte et c'est d'un désagréable ! … Enfin, pas le temps de se lamenter, les grandes eaux ce sera peut-être tout à l'heure, pour l'instant il faut se lever et y aller...

*
  C'est comme cela tous les matins, ou toutes les nuits devrais-je dire, car le jour ne s'est pas encore levé et la plupart des gens dorment encore profondément. Ils sont loin d'imaginer ma vie... Et pourtant, ma vie est dédiée pour toujours aux hommes et à leur dieu. C'est même l'un d'eux qui en a décidé ainsi...

  Et me voici déambulant les rues de Carcassonne, cramponné à ma canne pour ne pas trébucher sur les pavés encore humides. On croise peu d'âme à cette heure là, et quand bien même, lorsque c'est arrivé parfois, ma silhouette à plutôt fait accélérer le pas qu'attirer le passant. De toute façon, j'aurais du mal à répondre car je ne peux pas parler... Je suis né comme cela, ma voix sert d'autres voies… Mais, encore quelques marches et me voici enfin arrivé à destination.

  Lorsque j'entre dans l'édifice, comme tous les matins, j'aspire à pleins poumons son odeur, que c'est bon !… un mélange de senteurs de bois, de cire, de craie mouillée, de feu et même de fleur… de rose peut-être... Et ce silence, comme un doux nuage qui viendrait se poser et vous envelopper, vous caresser et vous apaiser.

   La porte de la tour, dans un long grincement, vient rompre ce précieux silence. J'emprunte alors l'escalier à vis et le frottement de mes pas sur la pierre usée me révèle à mon grand âge. Que c'est haut, 365 marches interminables et je n'ai pas l'année pour les monter…

  Mes jambes tremblent et mon cœur bât la chamade lorsque j'arrive enfin à la terrasse. L'air me fait du bien, le ciel encore sombre et le jour qui va bientôt le traverser laisse entrevoir de lourds nuages gris, menaçants. Il faut faire vite maintenant.

  Comme tout les jours, j'enjambe la balustrade et je m'agrippe au bord du gâble de la façade pour me laisser glisser lentement jusqu'à mon poste. Au passage, je jette un petit coup d'œil à mon collègue. Il est toujours en avance celui-là... Il a déjà pris la pose et bien sûr, il m'ignore comme toujours.
On l'appelle « l'effrayé », mais de quoi à-t-il peur celui-là ?... et à qui fait-il peur ?... Sûrement pas à moi en tout cas, et heureusement que je suis là !...

  Mais il est temps de s'installer. Je rive mes pieds à la roche, prends appui sur ma canne pour bien étendre mon corps dans le vide et comme tous les jours, je récite la pose à prendre : relever ma main droite en signe de dédain, fléchir la jambe, bomber le dos, tourner la tête et faire enfin la plus vilaine grimace de bourgeois hideux qu'il soit possible de faire.

Ces nantis de la ville qui ignorent les pauvres gens, les fuient ou s'en servent pour mieux les exploiter. Ils pensent pouvoir tout acheter, mais la miséricorde et l'absolution des péchés n'ont aucun prix.



  Voilà, tel est mon rôle ici, gargouille, et il paraît que c'est celui de mon collègue aussi…, protéger le portail de notre Basilique, ici, à Carcassonne. Par notre laideur repoussante, nous devons faire fuir les diables et les démons loin de cette maison et montrer aux infidèles ce qui les attend s'ils se détournent des lois du seigneur.


  Mais pour le moment ce que nous allons protéger, c'est le portail, car la pluie commence à tomber...

  Le premier filet d'eau au goût de mousse et de rouille coule dans ma gorge muette et, si vous me regardiez bien, vous verriez un léger sourire pointer à la commissure de mes lèvres

Une bonne journée commence... pour des siècles

*
  La basilique Saint-Nazaire est une église d'origine romane datant du XIe siècle qui se situe dans la cité de Carcassonne.

  Cette simple église fut bénie et consacrée cathédrale par le pape Urbain II en 1096. En 1801, l'église est déchue de son rang de cathédrale de Carcassonne au profit de l'église Saint-Michel, située dans la bastide. Classée au titre des monuments historiques en 1840, elle sera rénovée par le célèbre Eugène Viollet-le-Duc. Elle devient basilique en 1898, grâce au pape Léon XIII.



  Vous avez une P'tite Histoire à raconter ?... Envoyez-là grâce à notre formulaire  



www.pierres-info.fr - Mentions légales - Date de publication : samedi 23 septembre 2017 - Tous droits réservés