CARTES POSTALES

Notre sélection de Cartes Postales anciennes ou modernes sur le thème de la pierre

Page 5


Pages 1 2 3 4 - 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

Carrière de la Maison Casellas - Géronne  (Espagne)
Les carriers préparent un bloc au pic et au têtu


Carrière de la Maison Casellas - Géronne  (Espagne)
Le pendage de la carrière


Carrière de Combloux (Haute-Savoie)
Son exploitation a démarré au milieu du XIXe siècle. Le roi de Piémont Sardaigne Charles Albert, a fait venir du Piémont et de la région du lac Majeur, des tailleurs de pierre lors de la reconstruction de Sallanches, incendiée en 1840.
En 1938, une centaine de tailleurs travaillaient à Domancy et Combloux. On tirait de cette pierre, des monuments funéraires, des bordures de trottoirs, des encadrements de portes et fenêtres, des bassins, des meules à moulin dont certaines ont été exportées en Israël et en Algérie. De grands ouvrages ont été également réalisés en granit de Combloux (Pont Sainte-Marie aux Houches, Pont du Mont-Blanc à Genève...). Actuellement, l'entreprise Laurenzio (depuis 1967) à Combloux continue cette activité.



La carrière de marbre vert de Maurin en 1897 (Alpes de Hautes-Provence)
Cette carrière aujourd'hui abandonnée présentait un gros filon de 200 m de long et 50 m de large. Son marbre vert fut découvert dans la première moitié du XIXe siècle et exploité par la société Dervillé et C°. Une centaine d'ouvriers y travaillait jusqu'à sa fermeture vers 1945/1950.
Elle comprend plusieurs carrières au nord et à l'est du hameau de Maurin  :
    La Blave
    Les Blavettes (Ravin des Blavettes)
    Les Prés de Rubren (2350m) marbre vert et rougeâtre (Bric de Rubren )
    La Carrière du torrent de Cornascles (2310m)
    La Cabane de Rubren (2640m)
    L'Alpet (2550m)
    Les Grand Bois (2100 m)



La carrière de marbre vert de Maurin (Alpes de Hautes-Provence)


La carrière de marbre vert de Maurin (Alpes de Hautes-Provence)
Le fil de carrière

La carrière de marbre vert de Maurin (Alpes de Hautes-Provence)
Le fil de carrière


Carrière d'Ottré (Belgique)
Exploitée depuis le début du XVIe siècle, on extrayait de cette carrière le coticule de Vielsalm (ou pierre beige), une sorte de schiste cristallin à grain très fin, composé pour 35 à 40 % environ de petits cristaux de grenat spessartine, de diamètre compris entre 5 et 20 microns. C'est une roche métamorphique à haute teneur en manganèse.
Son grand pouvoir abrasif allié à une finesse exceptionnelle donnaient des pierres à rasoir très recherchées pour leur grande longévité. De nos jours, on réserve le coticule à l'affûtage des outils tranchants de précision car la finesse de son pouvoir abrasif est supérieure à celle des matériaux artificiels et cela lui permet d'aiguiser facilement les aciers modernes les plus résistants.
Cette roche est devenue rare car les gisements dont elle est extraite sont quasiment épuisés.



Carrière de Ottré (Belgique)


Carrière de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme )
On y extrayait la " pierre du Midi ", une molasse Miocène utilisée pour construire les villes et villages de la région et de nombreux édifices en France et à l'étranger.
L'industrialisation des carrières de pierre va débuter en 1845 sous l'impulsion de Pierre Louis François Joseph Henri de Chansiergues, baron du Bord (1810-1878).
Des carrières à ciel ouvert et souterraines sont ouvertes. Tout un réseau ferré est mis en place sur le plateau pour acheminer les blocs et évacuer les déchets. En 1861, un plan incliné ou funiculaire à double voie est aménagé sur le flanc ouest de la colline. Les pierres sont stockées au niveau du quartier de l'Argentane et un réseau ferré indépendant est mis en place pour acheminer les blocs jusqu'au Rhône, puis aux gares ferroviaires.
L'activité industrielle s'interrompt après la Seconde Guerre Mondiale ; quelques blocs de pierre sont encore extraits par des carriers indépendants jusqu'en 1950.



Carrière de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme )
Carrière souterraine - Chantier en blottage (sous-pieds) ou galerie


Carrière de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme )
Le plan incliné des carrières


Carrière de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme )
Autre vue du  plan incliné des carrières


Carrière de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme )
Vue d'une carrière souterraine


Carrière de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme )
Le câble des carrières


Carrière de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme )
Vue du plan supérieur de la carrière


Carrière de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme )
Vue de l'intérieur d'une galerie souterraine


Carrière d'Antigua (Espagne)


Carrière la Colette - Saint Helier (Île Britannique de Jersey)


Carriers suédois
(1845) 


Chantier de taille de pierre aux USA

Carrière de Coopersburg - Pennsylvanie (USA)
Bloc de granite utilisé pour réaliser le socle du mémorial de l'amiral David Glasgow Farragut au Madison Square Parks de New York (1936).
David Glasgow Farragut (5 juillet 1801 – 14 août 1870) était le commandant en chef de l'U.S. Navy pendant la Guerre de Sécession. Il fut le premier amiral de la flotte américaine. 

Mémorial de l'amiral David Glasgow Farragut au Madison Square Parks de New York (USA)
                         

Graveur - Washington (USA)
Monument Oliver Cowdery à Washington                         

Monument Oliver Cowdery Washington (USA)
La livraison 

Monument Oliver Cowdery Washington (USA)
L'inauguration 

Carrière de Maiano (Italie)

Carrière de Maiano (Italie)

Carrière de Maiano (Italie)

Entrée de carrière et attelage

Carrière de Croton-on-Hudson - New York (USA)
Le chantier (1898)

Carrière de Croton-on-Hudson - New York (USA)
(1898)

Abbaye de Saint-Wandrille (Seine-Maritime)
Un bénédictin sculpteur   

Le Bloc de Pierre

Carrière de Carrare (Italie)

Carrière de Carrare (Italie)
Installation d'un fil hélicoïdal

Carrier vietnamien

Carrière de Piesberg - Osnabrück (Allemagne)
(1925)

Carrière à plâtre à Herblay (Val d'Oise)

Carrière de granite écossaise de Rubislaw (Royaume-Uni)

Carrière de Saint-Même-les-Carrières (Charente)
Convoi de pierre

Carrière de Saint-Même-les-Carrières (Charente)
Un chantier - Exploitation E. GOURRY

Carrière de Travertin de Tivoli (Italie)
Le nom de Travertin est devenu un terme générique pour désigner un tuf calcaire, une roche sédimentaire calcaire de couleur blanche quand elle est pure, mais tirant vers le gris, le jaunâtre, le rougeâtre ou le marron, selon les impuretés qu'elle renferm. Elle se caractérise par la présence de petites cavités (vacuoles) inégalement réparties.
Le terme vient de l'italien tivertino, lui-même issu du latin (lapis) tiburtinus qui signifie (pierre de) Tivoli. En effet cette roche est depuis longtemps extraite de carrières proches de cette ville, alors appelée Tibur en latin, située près de Rome.



Débiteuse
(1926) 

Pages 1 2 3 4 - 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20


www.pierres-info.fr - Mentions légales - Date de publication : lundi 20 mai 2019 - Tous droits réservés