COOKIESCODE
LES P'TITES HISTOIRES
Pour les Petits et Grands N'enfants ...

L'ABBE SILENCIEUX ET LES FANTÔMES DE GRANITE Par Pola Pielec


Adolfe-Julien Fouéré (il écrivait son nom Fouré) naît le 4 septembre 1839 à Saint-Thual en Ille et Vilaine.
  Des études au petit séminaire de Saint-Méen, puis de Rennes le font prêtre en décembre 1863. Vicaire à Paimpont puis à Guipry, il devient ensuite en 1881 recteur de Maxent, puis en 1889, de Langouët.

  L'abbé Fouré est une force de la nature, très énergique et impliqué. Il va défendre la cause des ouvriers des forges de Paimpont, menacées de fermeture, en allant négocier (en vain, malheureusement) auprès de leurs propriétaires retirés à Londres, les princes d'Orléans.

  Mais vers la cinquantaine l'abbé Fouré subit un terrible accident cérébral qui le rend peu à peu sourd et muet. En 1893, à 54 ans, il abandonne son ministère et prend sa retraite.

Désormais seul et enfermé dans un monde de silence, il vient habiter l'ermitage de Rotheneuf.
Et là, devant la côte d'Emeraude, quelle émotion !...


  Il fait face au merveilleux site que domine la pointe de La Haie. Tout près, l'île Bénétin, plus loin, le Grand et le Petit-Chevret. Non loin, le Gouffre et ses roches noires plongeant dans la mer.
Le soir tombant, il contemple la mer et c'est sans doute durant ces moments, lorsqu'un rocher semble prendre un étrange profil humain ou animal, que lui vient l'envie de recréer un monde, son nouveau monde.
Déjà, dans ses promenades, au cœur des forêts, il avait fait la même observation, se plaisant à deviner tout un univers mystérieux. Les silhouettes des arbres et de leurs racines qui se tordent comme des couleuvres, les sinuosités des branches…


  Il souhaite maintenant faire naître du granite l'œuvre ébauchée par la nature. Muni d'un pic, d'un ciseau et d'une massette, l'abbé Fouré décide de façonner les rochers face à la mer. Toujours vêtu de sa soutane et coiffé du chapeau romain, il taille la roche, pique et sculpte en lui donnant la forme qu'elle semble évoquer.

  Son inspiration est sans limite. Les Rois, Empereurs, présidents et personnages historiques comme Napoléon 1er, Cléopâtre ou la reine de Saba. Des lieux, des hommes ou des femmes comme une Indienne de la tribu des Natchez ou tout simplement les habitants de Rothéneuf. Les récits et les fables comme celles de la Mère Michel, du Petit chaperon rouge ou encore de Merlin l'enchanteur vont encore l'inspirer.

En venant s'installer ici, l'abbé découvre aussi l'origine du nom donné à ce lieu sauvage
Rothéneuf, le nom d'une famille de naufrageurs :
  Vers le milieu du XIVème siècle, les Rothéneuf habitaient dans les dunes, près de cette pointe, vivant de pêche, de chasse, de rapines et d'autres contrebandes.
On les disait dotés d'une ouïe fine et d'une vue perçante, une supériorité qu'ils auraient détenu des eaux chargées de sédiments ferreux qui séjournaient à basse-mer aux pieds des rochers et que la famille absorbaient lors de leurs ablutions...

  Respectés par les Malouins, ils furent bientôt rejoint par un noyau de marins, conquis par leur bravoure. Parmi eux, il y avait Durand - dit Gargantua - pour son appétit insatiable tout comme celui de sa nombreuse famille aux noms pittoresques : Le Grand Chevreuil, La Goule, Le Grand Pointu, La Bigne, Bas-Plat...
Ils construisirent ensemble une flottille de galères surnommées "flèches des flots", si rapides qu'elles leur permettaient de rattraper et dépouiller les vaisseaux qui passaient au large…

  D'autres personnages s'allièrent à la famille, Job - dit Vive la Joie - l'homme de confiance de Monsieur Rothéneuf. Arthur, Eugène, Auguste, Bernard et John, surnommés les 5 clowns pour leur jovialité et aussi leur malignité dans les "affaires"...
Et encore bien d'autres, tous proches et alliés de la tribu. Yves de Minihic le cuisinier, Jean de Caulnes - dit l'Égyptien, Lucifer échappé des galères, Jacques de Limoelou le guetteur de la bande, L'Ours, le Haut Queue et l'Œuf, la garde rapprochée de la famille. Le Guémereux - dit le Fakir - pour ses dons de clairvoyance. Crésus, vieux fortuné déchu et trésorier des Rothéneuf. La Buse - dit le Financier - un homme d'affaire peu scrupuleux qui commerçait avec la famille.

  Ce grand patriarcat était sous la protection de Saint Budoc, celui qu'invoquait Jacques Cartier lors de ses expéditions. Il faut dire qu'on attribue au saint d'avoir traversé la mer dans une auge de pierre, depuis l'Irlande jusqu'à à Porspoder...

  Mais la Révolution vint semer la division dans la tribu. Les haines, les rancœurs et la jalousie provoquèrent des trahisons. Certains, sentant le vent tourner, abandonnaient le clan ou s'alliaient aux Chouans.
Sur mer comme sur terre, les luttes fratricides furent violentes et sanguinaires et les Rothéneuf perdirent rapidement leur domination. Les pirates anglo-normands se vengèrent de leurs anciennes défaites en écrasant la tribu par le nombre.

  Dans un baroud d'honneur, le dernier des Rothéneuf rassembla ses meilleurs marins et partit à l'abordage des pirates de la côte. Ils périrent tous dans un carnage et, de surcroît, une tempête démantela leur navire et rejeta leurs corps sur les rochers.
Des monstres marins inconnus de ces régions furent attirés et se repurent des chairs de ces hommes.

  Cette histoire, rocambolesque à souhait, inspire l'abbé Fouré. Elle va tenir une place primordiale dans toute son œuvre, l'ensemble des acteurs et leurs péripéties trouvant leur place dans les rochers.
  Dès le début, on est curieux de découvrir l'ermite au travail. Les habitants, comme les touristes viennent de Saint-Malo ou de Dinard, deux stations balnéaires en plein essor à la fin du XIXème siècle.
   

  En bon ecclésiastique il se doit également de réaliser de nombreuses scènes religieuses : des pénitents ou, au bord du gouffre du Paradis, le tombeau de Saint Budoc, protecteur des Rothéneuf et près duquel toute la famille est présentée.


Le tombeau de St Budoc (à gauche)
et la famille des Rothéneuf (à droite)

Monsieur de Rothéneuf
  Et encore le guerrier romain, Gargantua, et ses lieutenants, la Haie, Bennetin, Rochefort, le Grand Chevreuil, La Goule, les Trois-Pierres, l'Ours, le Petit-Pointu et surtout, monsieur de Rothéneuf, le patriarche aux pieds duquel sommeillent divers monstres marins.


Jacques Cartier
  L'homme célèbre de Rothéneuf est Jacques Cartier, il a vécu tout près, au manoir de Limoëlou.

  C'est l'un des thèmes préférés de l'abbé qui le représente dans les rochers et en bois dans son ermitage.
  Ailleurs, ce sont les épouses et d'autres personnages de la famille qui apparaissent dans la roche. Un bas-relief représente monsieur de Rothéneuf bottant l'arrière train de son épouse. Elle avait, dit-on, fréquenté d'un peu trop près Jean de Caulnes, appelé l'Égyptien suite à son séjour à Alexandrie.


Veau marin
   
Bas-relief

  Le tableau central des rochers sculptés représente la fin du clan des Rothéneuf. Lorsque les derniers marins ont périt suite à une bataille navale acharnée. Les dizaines de corps sans vie rejetés par la mer gisent, imbriqués les uns dans les autres.


Les naufragés

  Un des monstres marins est là, grimaçant.
Près d'un corps sans vie, il tient dans ses griffes un naufragé qu'il s'apprête à dévorer.


La bête
Pendant seize ans, jusque 1909, l'abbé Fouré poursuit inlassablement son œuvre artistique et transforme près de 500 m² de falaises
Comme si, privé de parole, muet avec les hommes, il dialogue désormais avec la matière. Il laisse un extraordinaire jardin de pierre
près de trois cents personnages dominant la Manche

Décédé en 1910, on le surnomme désormais le " Facteur Cheval breton "
L'œuvre de l'abbé aujourd'hui
  Les sculptures étaient à l'origine polychromes, les traits soulignés au goudron ou peintes, en bleu, jaune clair, grenat ou encore chocolat.
Sous l'action des embruns, du vent, du ruissellement et aussi des passages répétés, les couleurs ont disparues et les rochers sculptés se sont gravement érodés.
Dans un rapport de la Direction Régionale des Affaires Culturelle de 2009 on juge l'état de conservation des sculptures "alarmant" et la lisibilité des sculptures compromise.

L'image ci-dessus montre bien la dégradation du groupe dédié à la famille de Rothéneuf
Entre 1900 et aujourd'hui, même s'il est compréhensible que la polychromie d'origine soit effacée et ne remplisse plus son rôle, on constate la forte érosion de l'ensemble.
  Par bonheur, une Association des Amis de l'Œuvre de l'Abbé Fouré a vu le jour en 2010. Elle s'est donnée pour mission de préserver les sculptures et de réaliser des répliques et prototypes. Un Centre d'interprétation de l'Ermite de Rothéneuf a été créé. Des projections, des conférences et des visites accompagnées sur le site y sont organisées.

En savoir plus : LE SITE

Situer Rothéneuf



A visiter à proximité
La cité Corsaire de Saint-Malo - L'aquarium de Saint-Malo - Le manoir de Limoëlou de Jacques Cartier
La Chapelle Notre-Dame-des-Flots, ancienne guérite des douaniers reconvertie en chapelle en 1889





  Vous avez une P'tite Histoire à raconter ?... Envoyez-là grâce à notre formulaire  


www.pierres-info.fr - Mentions légales - Date de publication : lundi 27 juin 2022 - Tous droits réservés