LES OUTILS DE LA GRAVURE

COOKIESCODE

  La gravure lapidaire est une des spécialités des métiers de la pierre. Aujourd'hui, elle est surtout utilisée pour la gravure des lettres de monuments funéraires. La gravure, lorsqu'elle devient ornementale, peut être également considérée comme un art décoratif. On grave la pierre calcaire, le grès, le marbre, l'ardoise et le granite.

  Après tracé sur la matière, le graveur creuse la pierre ou laisse le motif en relief. Il utilise pour cela des gravelets, des ciseaux plats de différentes largeurs. La lettre ou le motif peuvent être ensuite peints et/ou dorés à l'or fin.



Les Gravelets
Les Massettes
Les Maillets
L'Affûtage
Le Chevalet de Graveur
Les Gravelets

  Pour un débutant, la gravure de lettres ne nécessite pas un équipement important. Les outils de base sont la massette ou le maillet et des ciseaux ou gravelets.
En théorie, chaque type de ciseau est adapté à l'outil qui le percute :

*  Le maillet en bois ou en plastique frappe un gravelet tête à maillet.

*  La massette en acier frappe un gravelet tête à massette.

*  Le marteau pneumatique frappe un ciseau dont l'extrémité a été décolletée.
  Pour graver, vous avez donc le choix entre 2 options : maillet ou massette... Le marteau pneumatique peut être utilisé, mais sa vélocité demande une excellente dextérité. Il est le plus souvent réservé aux gravures en creux monumentales ou au défoncé des surfaces (gravure en relief).
* La gamme de gravelets tête à maillet est restreinte, alors que la tête à massette est chose courante.
* Le volume d'un maillet comparé à celui d'une massette peut procurer une gène visuelle dans le travail de gravure.
* La massette est mieux adaptée à la gravure des matériaux durs.
  Il existe différentes largeurs de gravelets de 4 à 20 mm. Pour la gravure courante de lettres on utilise le plus fréquemment des gravelets de 6, 8 et 10 mm.
  Il existe deux catégories de gravelets :
*  Les gravelets tout en acier. Ils conviennent pour le travail du calcaire tendre à dur et dans une certaine limite le marbre, mais pas le granite.

*  Les gravelets dont le corps est en acier et une pastille de tungstène est enchâssée et soudée à son extrémité. La dureté du tungstène confère plus de résistance à l'outil, garantie la netteté de la coupe et limite l'affûtage. La qualité, la rapidité et le confort du travail s'en trouve améliorés.
Deux modèles existent : les gravelets à plaquette "découverte". Ils permettent de mieux visualiser le trait de coupe, mais reste fragile dans les matériaux très durs comme le granite.
Pour ces matériaux, il est plutôt conseillé d'utiliser les gravelets dont la pastille de tungstène est "recouverte". L'impact est meilleur, les vibrations sont atténuées et la résistance est prolongée.
  Attention : Il existe différentes qualités de tungstène. Il est donc important de préciser à l'achat quel matériau doit être gravé (pierre, grès, marbre, ardoise ou granit). Certains fournisseurs colorent les gravelets afin de signaler le ou les matériaux qu'ils sont aptes à couper : orange pour la pierre et le marbre, jaune pour le marbre seul, bleu pour le granite.

La tenue des outils

  Le gravelet se tient dans la main droite pour les droitiers et dans la main gauche pour les gauchers. L'autre main tient la massette. Mais concernant la tenue du gravelet, deux écoles existent :
*  La tenue pleine main :
Comme son nom l'indique la main et les doigts qui tiennent l'outil l'enserrent totalement.
Le corps du gravelet est généralement octogonal. Cette forme empêche théoriquement l'outil de "tourner" dans la main durant le travail en assurant ainsi la précision de la gravure.

*  La tenue avec le petit doigt sous l'outil :
Cette position améliore encore la bonne tenue du gravelet en le bloquant totalement. Elle a en outre l'avantage de dégager la vision du trait de coupe et permet ainsi de rapprocher la main du parement.
Pour les débutants, cette position peut être douloureuse, mais elle est conseillée pour un travail de précision.

  Bien qu'optionnel, l'appui du pouce en tête d'outil peut encore améliorer la tenue du gravelet. Mais, attention au coup de massette...
Attention : lors de la gravure, les yeux doivent être protégés des projections par des lunettes de sécurité homologuées

Les Massettes

  Les massettes sont composées d'un manche en bois de frêne et d'une tête métallique. Elles sont disponibles en poids de 400 à 1 000 grammes. Pour la gravure, et selon la dureté du matériau, choisissez une massette d'un poids de 500 g à 750 g maximum.
*  L'outil idéal est la massette tronconique (ou massette portugaise). De par sa forme arrondie, son poids est parfaitement équilibré. Elle permet une meilleure précision et moins de fatigue.
Elle est largement adoptée par la plupart des graveurs qui travaillent principalement le grès, le calcaire ou l'ardoise.

*  Un autre type de massette carrée, mais de forme cintrée, peut être également utilisé pour la gravure. Ses surfaces sont parallèles à l'angle de frappe sur l'outil et cela procure une meilleure précision lors de l'impact.
On l'utilise plus pour la gravure des matériaux durs comme la pierre froide ou le granite, qui demande une frappe plus lourde.
Les Maillets

  Les maillets sont composés d'un manche en bois dur et d'une tête tronconique et portent le nom spécifique de "maillets bols". Pour un bon usage dans la gravure, il est conseillé d'utiliser un maillet n'excédant pas un poids de 750 g.
   Les maillets bols sont proposés dans 2 matières :

  * En bois durs (charme, hêtre ou buis).
Malgré leur dureté, ces maillets en bois s'usent au niveau de la zone de frappe.

  Comme le montre l'image, il est d'ailleurs primordial d'effectuer une rotation régulière de l'outil pour répartir l'usure autour du périmètre du bol.

  * En matière synthétique dure, blanche ou colorée. Cette matière est plus résistante aux chocs et donc à l'usure. La matière ne craint ni l' l'humidité, ni la chaleur.
Attention : Ils existe des maillets bois et synthétiques réservés à la sculpture ou gravure sur bois. Ils sont uniquement réservés à la frappe sur les manches en bois des ciseaux d'ébénistes. Évitez ces maillets, ils ne résisteraient pas longtemps à la frappe sur acier.
L'affûtage

  Pour effectuer un travail de gravure précis et propre, les gravelets doivent être parfaitement affûtés, avant et régulièrement pendant la gravure.
Le but d'un affûtage est de rendre l'outil coupant tout en lui retirant un minimum de matière, en respectant son profil et ses angles de coupe. La fréquence de l'affûtage dépend de l'abrasivité et de la dureté du matériau gravé. Il est important de vérifier la netteté du trait à plusieurs reprises au cours de la réalisation de la gravure.

  Les différentes étapes de l'affûtage :
*  Le meulage au touret : C'est un travail de dégrossissage qui permet d'éliminer une arête émoussée, de retirer les éventuelles ébréchures ou de redonner l'angle de coupe au ciseau.

Les meules utilisées doivent être adaptées à la matière des gravelets :
* Une meule au corindon pour les outils en acier.
* Une meule au carborundum pour les outils au tungstène.
Attention : lors de cette opération, travaillez par touches légères, sans faire trop chauffer l'outil. Il faut laisser refroidir à l'air ambiant sans tremper l'outil dans l'eau (un échauffement trop important suivi d'un refroidissement brutal risque de créer un fendillage du carbure de tungstène).

*  le démorfilage de l'arête meulée consiste à retirer le "morfil", une bavure d'acier très fine à peine visible mais que l'on peut sentir au toucher. Elle s'est formée sur l'arête coupante du taillant lors du meulage. Cette opération est réalisée avec un disque de démorfilage en cuir ou avec une briquette d'affûtage d'un grain très fin (voir ci-dessous).

Lorsque les outils sont entretenus régulièrement ou achetés neufs, il n'est théoriquement pas utile de passer par ces 2 premières étapes.

*  L'affûtage proprement dit. C'est un travail de finition et d'entretien régulier du tranchant de l'outil.
On trouve dans le commerce des briquettes d'affûtage au corindon et au carborundum ou des affiloirs au diamant. Ces outils sont généralement disponibles en grain fin, moyen et gros. Pour ce travail de finition, on utilise un grain de 220 à 400.

  Lors de l'affûtage, l'outil doit former un angle d'environ 20 degrés par rapport à la surface de la briquette et le gravelet est frotté d'avant en arrière une demi-douzaine de fois de chaque côté de son taillant.
Les briquettes peuvent être utilisées à sec mais il est conseillé d'utiliser un peu d'eau pour favoriser l'abrasion.
Attention : les briquettes mouillées doivent être parfaitement nettoyées après utilisation, sinon les résidus vont s'agglomérer, sécher et former une croûte gênante lors du prochain affûtage.

 
L'extrémité d'un gravelet
Finitions du taillant
  Afin de renforcer le tranchant du taillant, il est bon d'affûter les biseaux en forme de légère ogive.

  Les coins sont très légèrement mouchés afin d'éviter un éclat à l'attaque du trait à graver.

  Quand la plaquette d'un gravelet tungstène arrive au bout, il est possible de meuler son extrémité en acier pour utiliser la totalité du tungstène (sans surchauffer pour ne pas provoquer la désolidarisation du tungstène).
Le Chevalet de Graveur

  Pour effectuer une gravure, la pierre peut être tout simplement posée à l'horizontale sur un chantier (table). Mais souvent, lorsque cette position est prolongée, elle peut devenir douloureuse pour le dos et le cou.

   En positionnant le parement de pierre à graver verticalement sur un chevalet, on peut alors réaliser la gravure en station debout ou assis sur un tabouret. De plus, cette position permet de s'habituer à la gravure de stèles in situ.

          

   Nous proposons ici un modèle de chevalet résistant. Il est monté sur charnière, dispose d'un support réglable en hauteur et permet également d'adapter l'angle vertical de travail à son gré.






www.pierres-info.fr - Mentions légales - Date de publication : samedi 26 septembre 2020 - Tous droits réservés