LES P'TITES HISTOIRES
Pour les Petits et Grands N'enfants ...

L'APPRENTI TAILLEUR DE PIERRE par Gérôme Risse

   Depuis bientôt trois mois qu'il était arrivé sur le chantier de la cathédrale, le jeune apprenti n'avait eu guère le temps de se faire des amis. Tout les autres étaient trop occupés à leur tâche et passaient près de lui, seul dans le bas-côté, sans même le voir... Il n'y avait que le maître tailleur de pierre qui venait lui donner son ouvrage. Alors il traçait, il piquait, il taillait et il errait dans ses pensées... Imagier, c'était le métier de son père et maintenant c'était lui qui était là, simple tailleur, fier et appliqué à façonner sa pierre.
Tout en frappant son ciseau, les souvenirs revenaient. Lorsqu'il était enfant, son père partait sur les routes et s'absentait de longs mois pour travailler sur ces évangiles de pierres, ces cathédrales comme celle qu'il façonnait aujourd'hui.

   A son retour, le soir, devant l'âtre de la cheminée il lui parlait de son travail. Il lui disait que les cathédrales étaient dédiées à la Vierge Marie. A leur achèvement, les successeurs des apôtres, que l'on appelait "évêques", y vivaient et conservaient les reliques les plus précieuses, les plus vénérées comme un morceau du voile de la sainte Vierge ou une épine de la couronne de Jésus...
- " Plus tard tu feras le même travail que son père, car il ne manque pas pour les bons œuvriers !..."
   Il savait que toutes les grandes villes, les bourgeois et les corporations, souhaitaient construire leur cathédrale et la voulaient de plus en plus belle et de plus en plus haute. C'était l'emblème de leur ville et la meilleure façon d'affirmer leur indépendance vis à vis de l'emprise des seigneurs féodaux et de leurs châteaux...

   Mais le jeune apprenti était bien loin de l'art de son père. Ce dernier n'avait eu que le temps de lui apprendre les rudiments de la taille de pierre et c'était à lui maintenant de faire son chemin.
Alors, qu'il soit seul, dans la poussière ou sous le soleil brûlant, il taillait ce que le maître lui demandait de tailler. Il s'appliquait, même s'il se rendait bien compte qu'il n'était pas le meilleur. D'autre compagnons connaissaient parfaitement la géométrie, alors que lui il ne l'avait jamais appris. Il n'arrivait pas toujours à bien visualiser les volumes et c'était le maître qui lui indiquait la manière de faire, qui lui indiquait le chemin à suivre. Il ne s'était presque jamais trompé, mais il se sentait si éloigné de la perfection.

   Le maître tailleur l'avait encouragé à persévérer, à être plus précis et moins lent dans son approche. Conscient de son besoin d'évoluer et pour ne pas ralentir le chantier, il commençait plus tôt et finissait plus tard, parfois même à la lueur d'une bougie.

   Quand, épuisé, il s'endormait sur son lit de paille, il rêvait souvent d'une sphère brillante. Il la voyait voler, légère comme une bulle de savon, puis, soudainement elle tombait lourdement au sol et roulait jusqu'à ses outils.
Fasciné par ce rêve, un jour, il décida de tailler cette sphère. Il la réaliserait dans une chute de pierre prise sur un tas. La nuit, loin de la cathédrale, il installerait son chantier dans une petite clairière de la forêt ou il venait parfois se reposer.



   Les quelques nuits passées à ciseler la sphère étaient magiques. Après la taille des formes simples qui lui étaient demandées, il s'appliquait à mettre au monde une boule la plus parfaite possible et cette idée lui révélait des forces enfouies qu'il ne soupçonnait même pas...

   Lorsque son ouvrage fût terminé, il l'enveloppa dans un tissu et cacha l'ensemble au fond de sa caisse, sous ses outils.

   Une année était passée et aucun de ses compagnons ne pouvaient soupçonner que le jeune apprenti avait concrétisé son rêve...
La construction de la cathédrale était maintenant presque terminée et cela signifiait la fin de son apprentissage et le retour vers son vieux père. Il avait tant de chose à lui raconter...
Mais, avant de quitter le chantier, il avait encore une chose à faire. Il se rendit dans la cabane du maître tailleur. Il tenait dans ses mains un paquet de chiffon qu'il ouvrit et, tremblant et silencieux, il lui tendit la sphère en pierre qu'il avait taillé dans la forêt.

   L'homme sourit et le remercia simplement. Savait-il quand et comment le jeune apprenti avait réalisé ce travail ?...
A son grand étonnement, il lui dit que son œuvre avait déjà sa place sur le tympan de la cathédrale et qu'elle y serait installée avant son départ. Mais le maître tailleur de pierre avait une autre mission, remettre son compas solennellement au bel apprenti pour lui signifier son nouveau grade de compagnon.

   Surpris et fier à la fois, le jeune tailleur de pierre balbutia un remerciement, une main posée sur le cœur. Jamais il n'aurait pu imaginer une telle récompense.

   Le lendemain, avant qu'il ne parte, il alla voir sa sphère sur le tympan. Elle était bien là, au plus bel endroit, dans la main du Christ. Il soupira de contentement, leva les yeux au ciel en souriant et partit d'un pas léger sur la route de son village. Il serrait fort son compas attaché sur son flanc.

Quand son père saura cela !...






  Vous avez une P'tite Histoire à raconter ?... Envoyez-là grâce à notre formulaire  



www.pierres-info.fr - Mentions légales - Date de publication : samedi 20 juillet 2019 - Tous droits réservés