LES P'TITES HISTOIRES
Pour les Petits et Grands N'enfants ...

LE PETIT TAILLEUR DE PIERRE DU ROC DU CHIEN FOU par Marc Lemonnier


  Voila ce fameux "Roc du chien fou". C'est un "chaos", sorte d'amoncellement d'énormes rochers de granite arrondis.
Ils n'ont pas été empilés là par des forces supérieures : autrefois ils faisaient partie de la roche mère. C'est l'érosion qui les a séparés, puis arrondis peu à peu. N'empêche, ils ont une sacrée allure. L'un d'eux dépasse nettement, dressé vers le ciel.

  Autour de ce lieu, des humains auraient donc travaillé et vécu il y a quelques milliers d'années.
J'ai envie d'approcher de plus près cette réalité, mais comment ?... Reste-t-il encore des traces de cette présence passée ?... Est-il possible de les trouver, rapidement et simplement ?... Sans réponse à mes questions, je tourne bêtement autour du chaos.

  Une idée me vient peu à peu, il y a quelque chose d'intemporel dans cette scène. Des enfants, partout et de tous temps, ont joué ici, ils ont grimpé sur les rochers. Si une tribu a vécu ici, des enfants ont escaladé ce chaos, sont allés se percher sur le plus haut rocher pour mieux voir le paysage, pour faire les fiers. En quelques dizaines, en quelques centaines d'années, la scène s'est répétée un nombre incalculable de fois. Et inévitablement, quand on joue, quand on saute, on perd des trucs, des objets qu'on a dans ses poches, ou qu'on tient dans sa main. Lâcher un objet quand on est perché sur le roc du chien fou, c'est le perdre à jamais car il disparaît immédiatement dans une failles sans fond !

  Mmmm, oui, oui, oui,... S'il y a eu des enfants sur ce chaos, il y a des objets dessous. Il faudrait trouver un moyen d'entrer dans ce bazar...

  Je longe la base des rochers, à la recherche d'un passage. Il y en a plein mais ils sont trop étroits, impénétrables. Finalement, j'en dégotte un légèrement plus large derrière un massif de Myrtilles. Allez hop !, à plat ventre, je commence à ramper sur un sol d'arène granitique humide et frais.

  A peine deux mètres plus loin, je m'arrête. Simplement posé là, sous mon nez, il y a un éclat de silex blond. De ce silex qui n'existe pas sur le Mont Lozère, ni même à des dizaines de kilomètres aux alentours. De ce silex que des préhistoriques ont été chercher si loin pour fabriquer leurs outils.

   A plusieurs milliers d'années de distance, l'enfant qui jouait sur le roc du chien fou m'a parlé.





  Vous avez une P'tite Histoire à raconter ?... Envoyez-là grâce à notre formulaire  



www.pierres-info.fr - Mentions légales - Date de publication : lundi 20 mai 2019 - Tous droits réservés