Mesures & Tracés


  Le compas est l'instrument de mesure roi, avec lui on peut théoriquement tout faire, mesurer, tracer les cercles ou les angles et dupliquer en réduisant ou en agrandissant. L'équerre est aussi un outil indispensable au tailleur de pierre car elle lui permet de vérifier le bon respect des angles entre les faces, gage d'une pose aisée sur le chantier... Et c'est bien pour cela que le compas et l'équerre, lorsqu'il sont associés, se retrouvent dans les symbole du Compagnonnage et la Franc-maçonnerie.

  Quant aux mètres, ils sont bien entendu monnaie courante aujourd'hui. Tout comme les moyens de tracé, crayons ou pointes, à la discrétion de chacun...

Les Mètres

  Le mètre pliant est utilisé pour la prise de mesures et leurs reports sur la pierre. Il est fabriqué en aluminium ou en matière plastique. Il existe également en bois peint mais, dans cette matière, il est plutôt réservé aux menuisiers car moins résistant à l'humidité (lorsque le mètre est utilisé sur une débiteuse, donc en contact avec de l'eau).

  L'intérêt du mètre pliant par rapport à un mètre souple à enrouleur réside surtout dans sa rigidité. Elle garantie une prise de mesure plus fiable. Il présente également l'avantage de mieux résister à l'inévitable poussière de pierre qui, à terme, bloque les enrouleurs...

  Le mètre pliant peut être utilisé pour tracer une mesure en prenant comme référence le bord de la pierre. L'index est replié et prend appui sur le chant qui sert de guide, et, tandis que la main tient le mètre, la mine placée en butée sur l'extrémité du mètre effectue le tracé.

  En glissant ainsi le long du chant de la pierre, un trait parallèle peut être tracé.

  Cette méthode présente tout son intérêt lorsqu'il s'agit d'effectuer un tracé parallèle à un chant courbe.

Le Crayon de Tailleur de Pierre

  Pour un tracé courant sur la pierre, le crayon de tailleur de pierre vert est parfaitement adapté car il possède une mine très dure (4 à 6H) qui ne s'écrase pas au contact avec le matériau. Ceci est d'autant plus nécessaire sur les pierres abrasives comme le grès ou sur les pierres à gros grains.

  Le crayon se taille au cutter ou au couteau.

  La mine est large et épaisse, il faut donc l'affiner en la frottant à plat sur un bloc de pierre tendre, de grès ou encore une surface de papier abrasif.

La Pointe à Tracer

  La pointe à tracer remplace le crayon là ou un marquage précis est nécessaire. Sur la pierre dure, le marbre ou le granite, il est recommandé d'utiliser un outil équipé d'une pointe dure, au carbure de tungstène (9 sur l'échelle de Mohs qui classe la dureté des matériaux en 10 niveaux), ou encore mieux au diamant (10 sur l'échelle de Mohs).

  Pour le tracé proprement dit, l'utilisation d'un réglet métallique est nécessaire pour guider correctement la pointe.

  Pour tracer correctement les profils, les panneaux (gabarits) doivent être réalisés en tôle ou en contreplaqué afin d'offrir un appui et une résistance suffisante lors du marquage de la pierre.

Les Compas

  Les compas servent bien entendu à tracer les courbes, mais pas seulement, ils peuvent aussi être utilisés pour la prise de distances sur un modèle et le report sur la pierre à tailler.
Cette utilisation est fréquente en sculpture où le compas permet de donner, avec plus ou moins de précision, les principaux volumes et l'emplacement des détails.

  Dans la pierre, le compas à pointes sèches en acier est le plus souvent utilisé pour le tracé sur la pierre. Il existe une large gamme de dimensions, mais les compas équipés de pointes au carbure de tungstène sont difficiles à trouver. Les compas porte-crayon sont un bon compromis puisqu'ils peuvent servir aussi bien aux tracés des panneaux (gabarits) qu'aux tracés sur tous types de matériaux en changeant le type de crayon. Une astuce consiste à remplacer le crayon par une pointe tungstène ou diamant pour marquer plus aisément les granits ou les grès.

  D'autres compas, plus spécifiques, sont utilisés en taille de pierre ou en sculpture :

  Les compas d'épaisseur qui permettent de relever une distance pour la transférer ou bien de contrôler des épaisseurs. Les deux bras ont une forme cintrée et c'est ce qui permet de faciliter la prise de mesure en profondeur. Le cintrage des bras est plus ou moins accentué et certains modèles sont équipés d'une vis de blocage.

  Le compas gabarit permet de contrôler l'épaisseur lorsqu'on ne peut pas extraire le compas de la pièce sans perdre la cote. C'est l'ouverture opposée du compas qui indique la dimension.
Il se révèle très utile pour vérifier la bonne épaisseur des parois d'un vase qui s'épaississent vers l'ouverture ou encore pour mesurer le fond d'une vasque, pour ne citer que deux exemples.

  Pour les besoins d'une reproduction, le compas de réduction permet de reproduire une pièce dans un format plus grand ou plus petit qu'un modèle.
L'échelle est modifiée en déplaçant l'axe de pivot situé au croisement des deux branches. On choisi ainsi différents rapports de grandeur en multipliant ou en divisant les dimensions prises sur le modèle.


  Le compas à verge est utilisé pour le tracé des arcs de cercle ayant un rayon important. Il est généralement composé de deux poupées à pointes sèches. Une pointe fixe à une extrémité que l'on place sur le point de centre et une pointe amovible que l'on déplace sur une règle et qui permet de tracer l'arc.


  Le tracé à la corde permet de marquer les arcs de très grande dimension. Le principe est le même que celui du compas à verge : un point fixe et une longueur de corde égale au rayon. Comme un bon tracé repose sur une tension régulière de la corde, il est vivement conseillé d'utiliser un câble plutôt qu'une ficelle afin d'éviter le phénomène d'élasticité qui risquerait de fausser le tracé.


Les Équerres

  Les équerres sont utilisées pour vérifier le bon respect des angles entre les différents plans d'un volume. C'est aussi un outil utilisé pour le tracé des angles droits, aigus ou obtus et le tracé des retours d'angle sur chacune des faces d'un bloc.

  L'équerre droite dite de "maçon" ou de "tailleur de pierre" forme un angle de 90°. C'est l'équerre la plus utilisée dans les métiers du bâtiment. C'est un fer plat avec un bras plus court que l'autre dont les dimensions varient de 300 à 1 200 mm.

  Pour la vérification de l'angle droit, l'équerre est plaquée sur la face de référence et glissée jusqu'à rencontrer la face en retour. S'il existe un écart "haut" ou "bas", la face n'est pas d'équerre.
  Lors d'un tracé sur un retour de face, le bon positionnement de l'équerre est important. Il faut la maintenir le plus près possible du bord pour obtenir un tracé d'équerre.


  L'équerre à chapeau possède un rebord placé perpendiculairement sur son petit côté.

  Grâce à ce support, il est possible de positionner l'équerre avec précision au bord du bloc et d'obtenir ainsi un tracé parfaitement perpendiculaire.

  La fausses équerres ou sauterelle permet le tracé et la vérification des angles aigus et obtus grâce au pivotement des branches sur un axe.

  Certains modèles possèdent un bras réglable en longueur de façon à rapporter l'angle dans toutes les situations (voir croquis).


www.pierres-info.fr - Mentions légales - Date de publication : lundi 27 mars 2017 - Tous droits réservés